Mon bébé ne mange pas – qu’est-ce que je peux faire ?

sorry we're closed sign

La diversification alimentaire c’est une grande étape, pour toute la famille. Un moment souvent attendu avec impatience. Mais ça ne se passe pas toujours comme prévu.
Junior refuse radicalement ses légumes, repousse sa cuillère ou encore serre fermement ses lèvres au moment de lui faire goûter notre délicieuse petite compote concoctée avec amour et grand soin.
Ça arrive, et c’est super frustrant. Mais rassurez-vous, très souvent ce n’est pas aussi grave que ce que l’on pourrait penser.

Quel âge à votre bébé ?

Rappelez-vous qu’il n’y a aucune urgence à introduire des éléments solides dans l’alimentation de votre progéniture.
Les 4 mois prônés par les lobbys de l’agroalimentaire français ne sont QUE du lobbying, dans l’objectif de vous faire acheter leurs produits le plus tôt possible.

C’est juste contre nature que d’encourager aussi tôt la nourriture solide pour un petit corps qui n’est juste pas encore prêt.
D’ailleurs si l’on considère qu’il s’agit de 4 mois révolus, on devrait plutôt parler de 5 mois mais bon…

L’idéal, selon l’OMS, c’est de commencer vers 6 mois. Ce n’est pas une science exacte mais il y a globalement une fenêtre intéressante pour le démarrage entre 5 mois et demi et 7 mois : système digestif mature, diminution des risques d’allergies, etc.
Mais clairement rappelez-vous : KEEP IT COOL !
Vous n’êtes pas pressé·e et il n’y a pas de soucis si bébé n’est pas prêt ou n’a pas envie de suite.
Ce ne sont que des recommandations. Ne vous mettez pas inutilement la pression.

Maintenant l’idée ici est quand même de vous aider à trouver des solutions bien sûr.
Alors on y va !

 

Voir son pédiatre OK, mais avant…

Si la situation persiste malgré vos efforts de créativité et de négociation et que les semaines passent sans que rien n’évolue, en effet, vous voudrez investiguer plus en détails. Ne serait-ce que pour vous rassurer, et c’est parfaitement normal.
Et nous sommes bien d’accord : si votre bébé perd du poids, vomit ses repas ou souffre de troubles digestifs sérieux clairement visibles dans sa couche > fermez cette page illico prestito et allez voir un·e médecin – NOW.

Mais le plus souvent (ouf !) ce n’est pas aussi grave. Voire il n’y a rien du tout d’un point de vue médical.
Écoutez aussi votre instinct de parent : une maman (et un papa aussi un peu quand même) sait quand son bébé a quelque chose qui ne tourne pas rond.

Donc avant de faire appel aux sirènes de la médecine, la 1ère question à vous poser serait :

Et vous, parent, quel est votre rapport à l’alimentation ?

Comment se passent vos repas ? Dans quels conditions se déroulent-ils ?
Est-ce un moment de plaisir ou plutôt une contrainte voire un moment redouté (peur des kilos etc.) ?

Il n’y a aucun jugement de ma part ici (eh, moi je suis là pour vous aider si je le peux hein ! 😉).
Mais prenez quelques minutes pour faire un petit bilan de ce que la nourriture veut aussi dire pour vous.
Et notez-le.

Accordez-vous un moment de calme, juste quelques minutes, pour vous.
Allez vous réfugier aux toilettes s’il le faut ou vous cacher dans le garage.
Fermez les yeux et respirez profondément 2 ou 3 fois et pensez à ce mot : manger.
Qu’est-ce que cela évoque pour vous ? Quelles sensations ? Quels mots ? Comment vous sentez-vous ?
Quelle expérience avez-vous ou avez-vous eu de l’alimentation ?

Encore une fois, il n’y a aucune leçon à donner ou à prendre ici.
L’idée est simplement de vous aider à prendre conscience que votre comportement, vos émotions sont directement absorbés par votre bébé et qu’ils peuvent, peut-être, l’influencer dans son approche de l’alimentation.
Rassurez-vous je ne connais honnêtement pas grand monde qui ait un rapport parfaitement sain et détaché vis-à-vis de la nourriture… #autresujet
Mais cet instant de vérité pourra peut-être vous aider à mieux comprendre pourquoi ronchon-junior refuse de manger.

Pour moi le repas (le préparer, le partager) c’est sacré. Ça me détend, ça me fait plaisir. Je suis curieuse et inventive.
Sans surprise donc notre petit bonhomme adore manger : il est gourmand (morfal ?) et super enthousiaste à goûter de nouvelles saveurs. S’il joue et qu’on arrive avec quelque chose à boire ou à manger dans la main, il s’arrête net et nous regarde avec insistance. D’ailleurs un de ces jeux préféré c’est… la dinette ! What else ?

D’autres pistes à explorer

Après bien entendu, chaque bébé est différent.
Votre petit chat refuse vos cuillères parce qu’il n’est pas prêt (physio et/ou psychologiquement) à passer à du solide.
Peut-être qu’il/elle préfère le sein ou le bib ou simplement qu’il/elle n’a pas faim à ce moment-là.
Voire même juste votre bébé s’en fout de la nourriture et préfère accorder son temps et son énergie à autre chose pour l’instant.
Écoutez votre instinct de parent et n’écoutez pas les personnes alarmistes qui vous diront « quoi, mais à 8 mois il ne mange pas son petit pot de 200g le midi???? Mais c’est pas normaaaaaaaal« .
Souriez et passez votre chemin intellectuel 😉

Acceptez vos propres émotions

Je ne sais plus où j’ai lu ça dernièrement, quelqu’un évoquait l’idée que la diversification c’est aussi voir son bébé grandir et prendre une certaine indépendance par rapport à sa mère (surtout si vous êtes ou avez été une mamallaitante).
Et c’est parfaitement compréhensible et acceptable.
Ne vous jugez pas, vous avez complètement le droit d’éprouver de la nostalgie ou même de la tristesse à contempler votre bébé s’émanciper de vous et de votre corps…
Personnellement j’ai encore ma petite larme à l’oeil quand je repense à nos tétées. Voilà, c’est humain.

Soyez créatif·ve !

Après, sur un plan plus pragmatique, peut-être que votre bébé refuse de manger parce qu’il n’aime pas (encore) certaines saveurs, certaines textures.
Pas de panique ! On est ici en mode recherche de solutions.

Tentez de nouvelles expériences : essayez des petits pots (bio !) du commerce ou donnez-lui l’occasion de goûter à de nouvelles choses au goûter plutôt qu’à midi par exemple s’il/elle est plus disponible à ce moment-là.
Et personne ne va vous jeter de cailloux parce que vous tentez poireaux/brocolis à 16h30, no worries 😉

Quelques idées pour motiver mini-vous à manger du solide ?

  • Essayez de (re)commencer plutôt par le sucré (plus proche du bon goût du lait)
  • Mélangez vos préparations avec du lait maternel ou infantile, et revenir au biberon si besoin (d’abord le jus de cuisson puis le légume/fruit en augmentant progressivement la part des solides).
  • Tentez les bouillies de céréales auxquelles vous ajoutez progressivement un peu de compote ou de purée.
  • Visez l’option soupe, plus liquide et encore plus digeste (que vous pouvez mélanger à un peu de lait par exemple).
  • Essayez des recettes sucré/salé et inverser progressivement les proportions de l’un et de l’autre.
  • Bébé n’aime pas la cuillère ? regardez du côté de la DME et donnez-lui plutôt des morceaux à grignoter, quitte à repousser la diversification de quelques semaines ou mois (non il n’y a aucune urgence je vous le rappelle 😉 ).

Dans tous les cas, si ça vous tracasse vraiment trop et/ou que ça dure, parlez-en à un·e pro, allez (re)voir un ostéopathe, bref ne le gardez pas pour vous. Les bambinos sont de vraies éponges émotionnelles, rappelez-vous.

Et puis manger doit rester un plaisir, pour bébé comme pour vous 😉
N’hésitez pas à partager votre expérience en commentaire !

Allez, hauts les coeurs et à vos purées !

Crédit photo : Gemma Evans on Unsplash

Vous devriez aussi aimer

Pas de commentaires

Laissez un commentaire

Résoudre : *
27 + 23 =