Mamallaitantes, prenez soin de vous

En cette fin de semaine mondiale de l’allaitement, un petit billet avant tout destiné aux jeunes mamans qui ont fait ce choix (ou aux chéris/proches qui sont soucieux de prendre soin d’elles, merci à eux 😉).
L’idée est de faire ici un point sur l’alimentation de la femme allaitante et de ses besoins nutritionnels.

Pourquoi c’est si important ?

Allaiter, c’est pas gagné

Avant tout je vous dis bravo jolies mamans. L’allaitement est un cadeau merveilleux que vous faites à votre bébé. Oui un cadeau. Pour sa santé, actuelle mais surtout à venir, nous ne le répéterons jamais assez.
L’allaitement n’est pas vraiment encouragé ni valorisé en France quoi qu’on dise, ce qui est d’autant plus honorable d’avoir fait ce choix, pas toujours simple.

Allaiter demande une vraie volonté encore aujourd’hui : un congé mat rikiki, très peu de conseils vraiment avisés (même en maternité « amis des bébés » = mon expérience), quasi aucune infrastructure publique pour donner le sein ou tirer son lait au calme, dans un endroit propre. Et puis en France on a simplement pas une culture pro-allaitement (Vs. les pays scandinaves, l’Allemagne, L’Espagne, l’Australie, etc.).
Même si ça tend à évoluer, doucement.

 

Allaiter en public…

Alors bravo et merci de participer à ce mouvement hyper chouette et essentiel pour la santé de nos bébés.
Je ne juge personne et je respecte la liberté de chacune de faire les choix qui lui semblent justes, en conscience.
J’encourage simplement la meilleure pratique possible en termes d’alimentation de nos tout-petits. Voilà tout !

Le corps de la femme allaitante

Allaiter c’est donner le meilleur à son bébé, le meilleur de soi-même. Littéralement.
Votre corps, qui est une machine extraordinairement formidable va produire, à la demande, exactement ce dont votre bébé a besoin : des lipides, des glucides, des protéines, des anticorps, et j’en passe.
Votre corps « sait » tout simplement de quoi a vraiment besoin ce bébé qu’il a hébergé et fait grandir pendant de longs mois.

Mais pour fonctionner, votre corps a besoin de ressources, de matières premières de qualité mais également en quantité. D’où la nécessité de bien s’alimenter pendant la grossesse et l’allaitement.
Ce qu’il faut bien comprendre c’est que votre corps va toujours attribuer vos ressources en priorité au développement de votre foetus et ensuite à la fabrication de votre lait, au détriment de vos besoins à vous s’il le faut.
Votre foetus par exemple recevra le fer et le magnésium dont il a besoin pour son bon développement, quitte à ce que maman soit elle carencée pour ses propres besoins à elle (d’où les supplémentations quasi systématiques des futures mamans en fer, acide folique etc.).
Le corps gère seul ses priorités, et la priorité est donnée à votre bébé, toujours.

Allaiter en plein air

Alimentation de la femme allaitante

On parle souvent de l’importance de bien se nourrir enceinte, manger 2x mieux et non 2xplus.
Qu’il faut penser à avoir un apport suffisant en vitamines, minéraux, protéines de qualité, etc.
Mais comme pour beaucoup de choses, maman passe un peu en second plan une fois bébé sorti et son petit bidon dégonflé (bon ok pas complètement dégonflé, ça prend un peu de temps en général :-p).
Mais ce qu’on ne dit pas (ou trop rarement) c’est que les besoins alimentaires de la femme allaitante sont quasi aussi importants que ceux de la femme enceinte !

Le régime strict post-partum n’est clairement pas recommandable pour les mamans qui font le choix d’allaiter.
Votre corps continue à donner le meilleur de vous-même pour la fabrication de votre lait et à vous laisser les surplus. Enfin, s’il en reste.
Un apport suffisant en nutriments, vitamines, minéraux et même juste calories et donc indispensable pour que tout le monde se porte bien.

Pourquoi je vous dis ça ?

En mars dernier, deux mois après avoir arrêté un allaitement de 9 mois, je me suis retrouvée dans une période de fatigue et de fragilité immunitaire assez exceptionnelle. Pendant trois semaines j’avais une espère de rhume-angine-toux qui ne passait pas. Je me soigne pas mal avec les plantes, huilles essentielles et tutti quanti mais là rien.
J’ai même tenté les fameux Humex ou autres (auxquels je ne crois pas vraiment d’ailleurs) mais là encore, rien.
Au bout de trois semaines (j’étais épuisée, vidée vous n’imaginez même pas) je suis allée voir un généraliste : aucune infection ou sur-infection.
Il m’a dit texto « je ne peux rien vous donner, c’est juste un mauvais rhume ».
Et puis j’ai commencé à avoir des migraines, ce qui ne m’arrive jamais.
J’ai demandé une prise de sang pour un bilan sanguin complet (ah oui parce qu’enceinte on vous pique tous les 4 matins pour un oui pour un non, mais une fois passé l’accouchement c’est fini, rien, nada).
Entre temps j’avais pris RV avec une naturopathe spécialisée en nutrition à côté de chez moi pour faire un point.

Résultats du bilan sanguin : catastrophique !
Je n’ai jamais eu un bilan aussi mauvais. J’étais carencée de partout, anémiée, en déficit de vitamines D, B12… bref la totale. La naturopathe m’a dit « vos tiroirs sont vides ». Mon corps était littéralement à plat.

alimentation-saine

Manger équilibré : la base

Besoin de se supplémenter pendant l’allaitement ?

Quand j’ai échangé lors d’une consultation avec la naturopathe elle a halluciné que personne ne m’ait jamais conseillé de prendre des compléments adaptés pendant mes 9 mois d’allaitement. Je n’ai pris que de l’acide folique et un peu de fer pendant ma grossesse et c’est tout.
En fait, je ne me suis pas sentie plus fatiguée que ça pendant la période où j’alllaitais.

Mais là le retour de bâton a été assez violent.
Cette grosse chute immunitaire est visiblement courante chez les femmes allaitantes et ce jusqu’à un an après l’arrêt de l’allaitement !
Le corps est hyper doué pour « tenir le coup » (ou c’est juste notre mental de wonder mama ?) mais quand c’est trop, c’est trop.
Et il lâche, d’un coup.

En conclusion

Votre corps est en mode super-production dès le début de l’allaitement pour fabriquer ce qu’il y a de meilleur pour votre petit chat alors prenez-en soin : manger suffisamment (pas de régime post-partum,hein !), équilibré, bio le plus possible bien sûr et surtout n’hésitez pas à vous supplémenter en vitamines, minéraux, oligo-éléments etc.
Il existe d’ailleurs des marques qui proposent des compléments spécial femme allaitante (Nutergia de mémoire propose ça).

Alors prenez soin de vous les Mamallaitantes !
Je vous souhaite beaucoup de bonheur lacté avec vos beaux bébés…

N’hésitez pas à partager vos expériences ci-dessous ou sur les comptes Facebook et Instagram de La cuisine de bébé au naturel 😉

Vous devriez aussi aimer

Pas de commentaires

Laissez un commentaire

Résoudre : *
23 ⁄ 23 =